×

Recherche

La dernière séance (1982) transparent

La dernière séance (1982)   © Tous droits réservés

The Impressionists (2005)   © Conseil départemental du Val-d'Oise

Un village français (2009)   © Charlotte Schousboe / France 3

Val-d'Oise : Terre de Cinéma

En 1901, le premier film réalisé dans le Val-d'Oise mettait en scène des Patineurs sur le lac d'Enghien. En 2011, le 1000e a été tourné sur la place de l'Auditoire à Montmorency : Pauvre Richard conte les mésaventures d'un gagnant du gros lot à la loterie nationale. Aujourd'hui, ce sont plus de 1400 films et téléfilms qui ont été en partie tournés dans le département.

Le septième art révèle et transfigure les sites choisis pour cadres de comédies sentimentales, de polars, de reconstitutions historiques en costumes ou d'œuvres de science-fiction : Les Perles de la couronne à l'abbaye de Royaumont, Molière, comédien malgré lui au château d'Ambleville, La Môme à Pontoise, sur la place de la Harengerie, Les Aventures de Rabbi Jacob dans l'ancienne distillerie de Goussainville, Rush Hour à l'aéroport de Roissy/Charles-de-Gaulle, Un long dimanche de fiançailles à l'auberge Ravoux d'Auvers-sur-Oise… Autant de monuments et de paysages, de villes et de villages, qui irriguent depuis longtemps l'imaginaire des cinéastes.

Ils éveillent aussi une vive curiosité chez les spectateurs : de nombreux touristes étrangers disent avoir choisi la France pour destination après avoir vu un film. Enfin, les retombées économiques immédiates des tournages sont appréciables (des milliers d'heures de travail pour des centaines de figurants et d'intermittents du spectacle et plus de deux millions et demi d'euros de recettes pour le territoire, en 2017).

Ce site résume 120 ans d'évolution d'un art qui est aussi une industrie et 120 ans d'évolution de notre département. En le proposant avec le comité départemental du tourisme et des loisirs du Val-d'Oise, le conseil départemental et sa mission images et cinéma vous invitent à découvrir à votre guise des "lieux de mémoire" célèbres ou méconnus.

Le film du jour

 

La vidéo du moment

Jean Gabin sur le tournage de Rue des Prairies

Film : Rue des Prairies 1959

 

Bourvil, 50 ans après

Bourvil, 50 ans après
© Tous droits réservés
En juin 1970, pour les besoins de son dernier film, Le Mur de l'Atlantique, Bourvil se rendait successivement à Saint-Leu-la-Forêt, dans la vallée de Chauvry, à Saint-Martin-du-Tertre et au château de Vigny.

Le 25 juin, toute l'équipe se retrouvait au lac Bleu, en plein cœur de la forêt de Carnelle. Après avoir tourné plusieurs jours des scènes de poursuites au milieu des arbres, il s'agissait cette fois de réaliser celle où Bourvil et Peter Mac Enery atterrissent dans un étang, au volant d'un side-car. Pour ces différents plans, Bourvil devait rester plus d'une heure dans l'eau, dans des conditions difficiles. Même s'il cachait à tous le cancer qui le rongeait, tout le monde savait que sa santé était précaire.

Son syndrome de Kahler s'est déclaré trois ans plus tôt, sur le tournage des Cracks, en partie tourné à Magny-en-Vexin. Un jour, lors d'une scène de poursuite, le triporteur de Robert Hirsch et le vélo de Bourvil se sont accrochés. Incident apparemment bénin même si tout le monde se retrouve dans le fossé. Bourvil s'est fait mal, un énorme hématome s'est formé à la base du dos et, malgré les massages et les soins, il ne disparaîtra plus. Son mal de dos va empirer lors du tournage de la scène du souterrain du Cerveau, mis en scène par Gérard Oury.

En juillet 1970, Bourvil achève le tournage du Mur de l'Atlantique en studio, à Paris. Le 23 septembre, il meurt en surprenant tout son monde. Une dernière facétie de l'humoriste, bien tragique celle-là !

Quelques jours plus tard, le cinéma "Le Bourvil" est inauguré à Cergy, en même temps que la nouvelle Préfecture du Val-d'Oise. En concertation avec le Préfet, il a été décidé dans l'urgence de donner son nom au complexe de deux salles qui vient d'émerger. Un juste hommage pour un homme juste !
long-métrage
L'Arbre de Noël (1969)
L'Arbre de Noël 1969
long-métrage
La Jument verte (1959)
La Jument verte 1959
long-métrage
Le Mur de l'Atlantique (1970)
Le Mur de l'Atlantique 1970
long-métrage
Les Bonnes causes (1963)
Les Bonnes causes 1963
long-métrage
Les Cracks (1968)
Les Cracks 1968
long-métrage
Les Trois mousquetaires (1953)
Les Trois mousquetaires 1953

Jean Gabin

Jean Gabin
© Roger Kahan
Jean Gabin (1904-1976) est le septième enfant d'un chanteur d'opérettes et d'une plumassière du quartier du Sentier qui s'est reconvertie en artiste de café-concert avant de renoncer à sa carrière en devenant mère de famille. Son enfance, il la passe à Mériel, dans une maison de la grand'rue, face à la gare. De la fenêtre de sa chambre, le garçon regarde filer les trains au fond du jardin. Quand il sera grand, il veut être conducteur de locomotive ou fermier, surtout pas chanteur comme son père : il déteste apprendre un texte par cœur et le réciter en public.
En 1922 pourtant, l'administrateur des Folies- Bergères l'engage comme figurant. Six ans plus tard, Mistinguett (1875-1956) lance sa carrière...
Article
Jean Gabin
Jean Gabin
long-métrage
Chiens perdus sans collier (1955)
Chiens perdus sans collier 1955
long-métrage
Deux hommes dans la ville (1973)
Deux hommes dans la ville 1973
long-métrage
Gas-oil (1955)
Gas-oil 1955
long-métrage
Le Baron de l'écluse (1960)
Le Baron de l'écluse 1960
long-métrage
Le Gentleman d'Epsom (1962)
Le Gentleman d'Epsom 1962
long-métrage
Le Jardinier d'Argenteuil (1966)
Le Jardinier d'Argenteuil 1966
long-métrage
Le Pacha (1968)
Le Pacha 1968
long-métrage
Le Soleil des voyous (1967)
Le Soleil des voyous 1967
long-métrage
Mélodie en sous-sol (1963)
Mélodie en sous-sol 1963
long-métrage
Rue des Prairies (1959)
Rue des Prairies 1959
long-métrage
Voici le temps des assassins (1955)
Voici le temps des assassins 1955

L'Adieu à Michel Piccoli

L'Adieu à Michel Piccoli
© Juliette Gréco et Michel Piccoli / DR.
Le cinéma vient de perdre l'un ses plus grands représentants. Il aura travaillé avec les plus grands réalisateurs comme acteurs.

Michel Piccoli est venu régulièrement dans le Val d'Oise pour y tourner une dizaine de films. Les plus emblématiques étant Une étrange affaire (Pierre Granier-Deferre, 1981), Le Sucre et La Passante du Sans-soucis (Jacques Rouffio, 1981 et 1982), avec des scènes à l'aéroport de Roissy ; mais encore Mado (Claude Sautet, 1976) en partie tourné à Persan, ou Partir revenir (Claude Lelouch, 1985), à la plage de L'Isle-Adam.

On peut souligner surtout le méconnu Copains du dimanche (Henri Aisner, 1956), l'un de ses tous premiers films, où il offre un baptême de l'air au tout jeune Jean-Paul Belmondo et survole en avion Méry-sur-Oise, Auvers-sur-Oise, puis l'abbaye de Royaumont ; ainsi que Vous n'avez encore rien vu, le dernier film d'Alain Resnais, où l'acteur partageait l'affiche avec Sabine Azéma et Anny Duperey, et se rendait au cimetière d'Epiais-Rhus.
long-métrage
Blanc de Chine (1988)
Blanc de Chine 1988
long-métrage
Diagonale du fou (1984)
Diagonale du fou 1984
long-métrage
La Cavale des fous (1993)
La Cavale des fous 1993
long-métrage
La Passante du Sans-souci (1982)
La Passante du Sans-souci 1982
long-métrage
Le Doulos (1962)
Le Doulos 1962
long-métrage
Le Sucre (1978)
Le Sucre 1978
long-métrage
Les Copains du dimanche (1958)
Les Copains du dimanche 1958
long-métrage
Mado (1976)
Mado 1976
long-métrage
Partir, revenir (1985)
Partir, revenir 1985
long-métrage
Une étrange affaire (1981)
Une étrange affaire 1981
long-métrage
Vous n'avez encore rien vu (2012)
Vous n'avez encore rien vu 2012

Philippe Nahon

Philippe Nahon
© Tous droits réservés
L'acteur Philippe Nahon, qui avait joué dans de nombreux seconds rôles au cinéma et à la télévision avant d'être popularisé par le cinéaste Gaspar Noé et la jeune génération de réalisateurs des années 1990, comme Jacques Audiard ou Mathieu Kassovitz, est décédé le 19 avril 2020. Âgé de 81 ans, il a succombé "à une longue maladie, aggravée par une infection au Covid-19", a indiqué son épouse à l'AFP.

Après avoir débuté dans Le Doulos de Jean-Pierre Melville (1962), en partie tourné dans une villa d'Enghien, il travaille surtout pour la télévision, enchainant dramatiques et séries comme Les cinq dernières minutes ou Les enquêtes du commissaire Maigret dans les années 1970 et 1980, espacées d'apparitions au théâtre et de seconds rôles au cinéma (Le pull-over rouge en 1979; Clara et les chics types en 1981...).

Il devient un acteur apprécié d'une nouvelle génération de cinéastes, avec des rôles dans La Haine ou Les rivières pourpres de Mathieu Kassovitz, Un héros très discret de Jacques Audiard ou Cantique de la racaille de Vincent Ravalec. "Tout en étant extrêmement droit, il pouvait jouer des rôles tordus et compliqués et les rendre attachants", se souvient encore Gaspar Noé, pour qui "travailler avec lui c'était comme partir en vacances avec un ami."

Mathieu Kassovitz a salué "le comédien des amoureux du cinéma et un acteur hors pair", Albert Dupontel, qui avait joué avec lui dans Irréversible, "un acteur rare, d'une sensibilité et d'une sincérité hors du commun (...) parti dans l'infini, sa vraie dimension". "Il est devenu l'acteur d'une génération et je suis heureux d'avoir croisé sa route", s'est souvenu le réalisateur belge Fabrice Du Welz, qui l'avait dirigé dans Calvaire (2004).

Dans MR 73, Philippe Nahon interprète un meurtrier qui sort de taule - en l'occurrence une cellule reconstituée au fort de Cormeilles-en-Parisis -, faisant ressurgir le passé traumatisant d'un flic joué par Daniel Auteuil.

Surtout, sa tronche particulière et sa gouaille font merveille dans le délicieux court-métrage de Vincent Monnet, Jour de fauche. Il est un sympathique papi qui arrive en vélo dans un joli village du Vexin. Le temps de boire un verre au bistrot, il se fait faucher sa bicyclette et s'en suit un périple à la recherche du cycle volé, accompagné par la "flambée montalbanaise" jouée à l'accordéon par Dédé Minvielle. Un petit bijou de court-métrage qui révèle sa faculté de mettre son air grave au service d'une comédie.
long-métrage
Clara et les chics types (1981)
Clara et les chics types 1981
court-métrage
Jour de fauche (1993)
Jour de fauche 1993
long-métrage
Le Doulos (1962)
Le Doulos 1962
long-métrage
Le Poulpe (1998)
Le Poulpe 1998
long-métrage
Les Anges gardiens (1995)
Les Anges gardiens 1995
long-métrage
Lignes de front (2008)
Lignes de front 2008
long-métrage
MR 73 (2008)
MR 73 2008
long-métrage
Un héros très discret (1996)
Un héros très discret 1996

50 ans de cinéma dans le Val-d'Oise

Patrick Glâtre - 50 ans de cinéma dans le Val-d'Oise

Publié par le département du Val-d'Oise dans le cadre de l'anniversaire de son premier demi-siècle d'existence, 50 ans de cinéma dans le Val-d'Oise illustre l'attractivité du département en matière de tournage cinématographique. Patrick Glâtre, chargé de mission Images & Cinéma au Conseil départemental, a pour cela sélectionné 110 longs-métrages, émissions ou séries télévisées, documentaires... de ces cinq dernières décennies, collection complétée de portraits de personnalités du métier liées, de cœur ou de par leur parcours, au territoire.

En savoir plus

Nous contacter

Avez-vous des anecdotes, des informations à partager concernant des tournages passés, présents ou futurs dans le Val-d'Oise ?

N'hésitez pas à nous contacter pour nous en faire part !

Fiches films récemment publiées

Longs-métrages

long-métrage
Monsieur N (2003)
Monsieur N 2003
long-métrage
Jean-Philippe (2006)
Jean-Philippe 2006
long-métrage
Danse avec lui (2007)
Danse avec lui 2007
long-métrage
Chouans ! (1987)
Chouans ! 1987
long-métrage
Le Grand Meaulnes (2006)
Le Grand Meaulnes 2006

Autres types de production

téléfilm
Désiré Landru (2005)
Désiré Landru 2005
émission télévisée
Ils font bouger les lignes (2021)
Ils font bouger les lignes 2021
documentaire
J'ai aimé vivre là (2020)
J'ai aimé vivre là 2020
documentaire
Le Dandy mourant (1989)
Le Dandy mourant 1989
court-métrage
Coup de bol (2019)
Coup de bol 2019

Articles récemment publiés

Lieux touristiques récemment ajoutés

Abbaye de Maubuisson

Abbaye de Maubuisson

⌖ Saint-Ouen-l'Aumône

Abbaye de Royaumont

Abbaye de Royaumont

⌖ Asnières-sur-Oise

Chateau d'Auvers-sur-Oise

Chateau d'Auvers-sur-Oise

⌖ Auvers-sur-Oise

La Roche-Guyon : le château

La Roche-Guyon : le château

⌖ La Roche-Guyon

Rechercher des films

Accès alphabétique Recherche avancée par critères Recherche thématique Recherche par lieux de tournages
Gestion des cookies

Certains contenus de notre site sont hébergés par des tiers, qui sont susceptibles de déposer des cookies sur votre navigateur Internet. Vous êtes libre d'accepter ou de refuser l'affichage de ces contenus. Vous pouvez changer d’avis à tout moment et modifier vos choix depuis le lien gestion des cookies situé en bas de page du site.

J'accepte

Je refuse

Afficher les utilisations prévues

Site externe : YouTube - préférences globales

Autoriser en permanence la lecture des vidéos YouTube : oui non

Consulter les conditions d'utilisation de YouTube

Cookies techniques

valdoise.terredecinema.fr ne dépose aucun cookie en dehors de cookies techniques (incluant ceux destinés à enregistrer les préférences du visiteur concernant l'activation des services externes).

Confidentialité

Les statistiques de fréquentation sont établies à l'aide du logiciel de suivi Matomo, sans dépôt de cookie ; les données récoltées sont anonymisées.

Enregistrer et fermer
Retourner en haut de la page