×

Recherche

Pauvre Richard (2012) transparent

Pauvre Richard (2012)   © Conseil départemental du Val d'Oise

Kirk Douglas dans La Vie passionnée de Vincent van Gogh   © Tous droits réservés

Tournage de Radiostars à Pontoise   © Tous droits réservés

Val-d'Oise : Terre de Cinéma

En 1901, le premier film réalisé dans le Val-d'Oise mettait en scène des Patineurs sur le lac d'Enghien. En 2011, le 1000e a été tourné sur la place de l'Auditoire à Montmorency : Pauvre Richard conte les mésaventures d'un gagnant du gros lot à la loterie nationale. Aujourd'hui, ce sont plus de 1400 films et téléfilms qui ont été en partie tournés dans le département.

Le septième art révèle et transfigure les sites choisis pour cadres de comédies sentimentales, de polars, de reconstitutions historiques en costumes ou d'œuvres de science-fiction : Les Perles de la couronne à l'abbaye de Royaumont, Molière, comédien malgré lui au château d'Ambleville, La Môme à Pontoise, sur la place de la Harengerie, Les Aventures de Rabbi Jacob dans l'ancienne distillerie de Goussainville, Rush Hour à l'aéroport de Roissy/Charles-de-Gaulle, Un long dimanche de fiançailles à l'auberge Ravoux d'Auvers-sur-Oise… Autant de monuments et de paysages, de villes et de villages, qui irriguent depuis longtemps l'imaginaire des cinéastes.

Ils éveillent aussi une vive curiosité chez les spectateurs : de nombreux touristes étrangers disent avoir choisi la France pour destination après avoir vu un film. Enfin, les retombées économiques immédiates des tournages sont appréciables (des milliers d'heures de travail pour des centaines de figurants et d'intermittents du spectacle et plus de deux millions et demi d'euros de recettes pour le territoire, en 2017).

Ce site résume 120 ans d'évolution d'un art qui est aussi une industrie et 120 ans d'évolution de notre département. En le proposant avec le comité départemental du tourisme et des loisirs du Val-d'Oise, le conseil départemental et sa mission images et cinéma vous invitent à découvrir à votre guise des "lieux de mémoire" célèbres ou méconnus.

Le film du jour

 

La vidéo du moment

Jean Gabin sur le tournage de Rue des Prairies

Film : Rue des Prairies 1959

 

L'Adieu à Michel Piccoli

L'Adieu à Michel Piccoli
© Juliette Gréco et Michel Piccoli / DR.
Le cinéma vient de perdre l'un ses plus grands représentants. Il aura travaillé avec les plus grands réalisateurs comme acteurs.

Michel Piccoli est venu régulièrement dans le Val d'Oise pour y tourner une dizaine de films. Les plus emblématiques étant Une étrange affaire (Pierre Granier-Deferre, 1981), Le Sucre et La Passante du Sans-soucis (Jacques Rouffio, 1981 et 1982), avec des scènes à l'aéroport de Roissy ; mais encore Mado (Claude Sautet, 1976) en partie tourné à Persan, ou Partir revenir (Claude Lelouch, 1985), à la plage de L'Isle-Adam.

On peut souligner surtout le méconnu Copains du dimanche (Henri Aisner, 1956), l'un de ses tous premiers films, où il offre un baptême de l'air au tout jeune Jean-Paul Belmondo et survole en avion Méry-sur-Oise, Auvers-sur-Oise, puis l'abbaye de Royaumont ; ainsi que Vous n'avez encore rien vu, le dernier film d'Alain Resnais, où l'acteur partageait l'affiche avec Sabine Azéma et Anny Duperey, et se rendait au cimetière d'Epiais-Rhus.
long-métrage
Blanc de Chine (1988)
Blanc de Chine 1988
long-métrage
Diagonale du fou (1984)
Diagonale du fou 1984
long-métrage
La Cavale des fous (1993)
La Cavale des fous 1993
long-métrage
La Passante du Sans-souci (1982)
La Passante du Sans-souci 1982
long-métrage
Le Doulos (1962)
Le Doulos 1962
long-métrage
Le Sucre (1978)
Le Sucre 1978
long-métrage
Les Copains du dimanche (1958)
Les Copains du dimanche 1958
long-métrage
Mado (1976)
Mado 1976
long-métrage
Partir, revenir (1985)
Partir, revenir 1985
long-métrage
Une étrange affaire (1981)
Une étrange affaire 1981
long-métrage
Vous n'avez encore rien vu (2012)
Vous n'avez encore rien vu 2012

Lisa Simon

Lisa Simon
© Lisa Simon (à gauche)
Lisa Simon est décédée le mercredi 6 mai 2020 à l'âge de 85 ans des suites d'un cancer, et ce dans l'indifférence générale.

De son vrai nom, Liliane Czajka, elle est la fille d'un résistant polonais assassiné par les Allemands pendant la guerre. À l'âge de 22 ans, ayant passé toute son enfance à Argenteuil et ayant pris des cours de danse avec Brigitte Bardot, elle décide de concourir pour devenir Miss et prend le pseudonyme de Lisa Simon.

En 1957, elle remporte le prix de Miss Cinémonde, un magazine de cinéma à succès à cette époque, et participe au concours de Miss Univers, à Long Beach, en Californie. Elle se fait remarquer pour sa plastique superbe et commence une carrière d'actrice à Hollywood.

Lisa Simon apparaît dans des films de série B : Missile to the Moon (1958), The Giant Gila Monster (1959), ou encore Les quatre cavaliers de l'apocalypse (1962). Pendant cette période, elle multiplie les allers et retours entre l'Amérique et Argenteuil, n'oubliant jamais de rendre visite à sa famille et c'est à chaque fois une longue procession de journalistes qui se rend dans la ville des asperges pour glaner une interview.

Puis, l'ancienne reine de beauté dépose ses valises en Italie, avec son époux l'acteur Steve Barclay, où elle s'est reconvertie en professeur de danse à Rome. De son mariage avec l'acteur américain naîtra une fille handicapée. Steve Barclay se distinguera dans quelques rôles à Cinecitta, mais également aux côtés de Bourvil dans Les Trois Mousquetaires.
Article
Lisa Simon
Lisa Simon

Mehdi Charef

Mehdi Charef
© Tous droits réservés
Le cinéaste adamois vient d'obtenir le Prix littéraire de la Porte dorée 2020 avec son dernier roman autobiographique, "Rue des Paquerettes", publié en 2018 chez Hors d'atteinte.

Auteur notamment du Thé au harem d'Archi Ahmed (1983), Mehdi Charef, qui a publié trois autres romans et réalisé onze films, retrouve ici l'écriture après treize ans d'interruption. Dans "Rue des Pâquerettes", il revient sur son arrivée en France en 1962. Il y raconte l'absurdité de l'exil, la boue du bidonville et les silences rentrés ; mais aussi la soif de mots d'un enfant avide de raconter ce qu'il comprend du monde qui l'entoure.

Né en 1952 en Algérie, Mehdi Charef arrive en France à l'âge de dix ans. Fils d'ouvriers, il grandit dans un bidonville de la région parisienne et entre lui-même à l'usine en 1970. Il arrête son métier d'affûteur en 1983, quand le Mercure de France publie son roman "Le thé au harem d'Archi Ahmed".

Deux ans plus tard, il se lance dans le cinéma en autodidacte grâce à Costa-Gavras, qui lui conseille de réaliser lui-même la version cinématographique du roman dont il écrit le scénario. En 1985, son film intitulé Le Thé au harem d'Archimède est salué par le Prix de la jeunesse du Festival de Cannes, le prix Jean-Vigo et le César du meilleur premier film. Un réalisateur est né !

Représentant d'un cinéma d'auteur exigeant et lucide, Mehdi Charef signe des films ambitieux qui dénoncent les inégalités sociales et les obstacles que rencontrent les vrais « cassés de la vie ».
Article
Mehdi Charef
Mehdi Charef

Philippe Nahon

Philippe Nahon
© Tous droits réservés
L'acteur Philippe Nahon, qui avait joué dans de nombreux seconds rôles au cinéma et à la télévision avant d'être popularisé par le cinéaste Gaspar Noé et la jeune génération de réalisateurs des années 1990, comme Jacques Audiard ou Mathieu Kassovitz, est décédé le 19 avril 2020. Âgé de 81 ans, il a succombé "à une longue maladie, aggravée par une infection au Covid-19", a indiqué son épouse à l'AFP.

Après avoir débuté dans Le Doulos de Jean-Pierre Melville (1962), en partie tourné dans une villa d'Enghien, il travaille surtout pour la télévision, enchainant dramatiques et séries comme Les cinq dernières minutes ou Les enquêtes du commissaire Maigret dans les années 1970 et 1980, espacées d'apparitions au théâtre et de seconds rôles au cinéma (Le pull-over rouge en 1979; Clara et les chics types en 1981...).

Il devient un acteur apprécié d'une nouvelle génération de cinéastes, avec des rôles dans La Haine ou Les rivières pourpres de Mathieu Kassovitz, Un héros très discret de Jacques Audiard ou Cantique de la racaille de Vincent Ravalec. "Tout en étant extrêmement droit, il pouvait jouer des rôles tordus et compliqués et les rendre attachants", se souvient encore Gaspar Noé, pour qui "travailler avec lui c'était comme partir en vacances avec un ami."

Mathieu Kassovitz a salué "le comédien des amoureux du cinéma et un acteur hors pair", Albert Dupontel, qui avait joué avec lui dans Irréversible, "un acteur rare, d'une sensibilité et d'une sincérité hors du commun (...) parti dans l'infini, sa vraie dimension". "Il est devenu l'acteur d'une génération et je suis heureux d'avoir croisé sa route", s'est souvenu le réalisateur belge Fabrice Du Welz, qui l'avait dirigé dans Calvaire (2004).

Dans MR 73, Philippe Nahon interprète un meurtrier qui sort de taule - en l'occurrence une cellule reconstituée au fort de Cormeilles-en-Parisis -, faisant ressurgir le passé traumatisant d'un flic joué par Daniel Auteuil.

Surtout, sa tronche particulière et sa gouaille font merveille dans le délicieux court-métrage de Vincent Monnet, Jour de fauche. Il est un sympathique papi qui arrive en vélo dans un joli village du Vexin. Le temps de boire un verre au bistrot, il se fait faucher sa bicyclette et s'en suit un périple à la recherche du cycle volé, accompagné par la "flambée montalbanaise" jouée à l'accordéon par Dédé Minvielle. Un petit bijou de court-métrage qui révèle sa faculté de mettre son air grave au service d'une comédie.
long-métrage
Clara et les chics types (1981)
Clara et les chics types 1981
court-métrage
Jour de fauche (1993)
Jour de fauche 1993
long-métrage
Le Doulos (1962)
Le Doulos 1962
long-métrage
Le Poulpe (1998)
Le Poulpe 1998
long-métrage
Les Anges gardiens (1995)
Les Anges gardiens 1995
long-métrage
Lignes de front (2008)
Lignes de front 2008
long-métrage
MR 73 (2008)
MR 73 2008
long-métrage
Un héros très discret (1996)
Un héros très discret 1996

50 ans de cinéma dans le Val-d'Oise

Patrick Glâtre - 50 ans de cinéma dans le Val-d'Oise

Publié par le département du Val-d'Oise dans le cadre de l'anniversaire de son premier demi-siècle d'existence, 50 ans de cinéma dans le Val-d'Oise illustre l'attractivité du département en matière de tournage cinématographique. Patrick Glâtre, chargé de mission Images & Cinéma au Conseil départemental, a pour cela sélectionné 110 longs-métrages, émissions ou séries télévisées, documentaires... de ces cinq dernières décennies, collection complétée de portraits de personnalités du métier liées, de cœur ou de par leur parcours, au territoire.

En savoir plus

Nous contacter

Avez-vous des anecdotes, des informations à partager concernant des tournages passés, présents ou futurs dans le Val-d'Oise ?

N'hésitez pas à nous contacter pour nous en faire part !

Fiches films récemment publiées

Longs-métrages

long-métrage
Contes de juillet (2018)
Contes de juillet 2018
long-métrage
Rue des plaisirs (2002)
Rue des plaisirs 2002
long-métrage
Faubourg 36 (2008)
Faubourg 36 2008
long-métrage
Monsieur N (2003)
Monsieur N 2003
long-métrage
Jean-Philippe (2006)
Jean-Philippe 2006

Autres types de production

feuilleton
La Légende des trois clés (2007)
La Légende des trois clés 2007
téléfilm
Le Triporteur de Belleville (2005)
Le Triporteur de Belleville 2005
téléfilm
Désiré Landru (2005)
Désiré Landru 2005
émission télévisée
Ils font bouger les lignes (2021)
Ils font bouger les lignes 2021
documentaire
J'ai aimé vivre là (2020)
J'ai aimé vivre là 2020

Articles récemment publiés

Article
Martin Provost
Martin Provost
Article
Martine Lambert
Martine Lambert
Article
Dominique Marcas
Dominique Marcas
Article
Jane Sourza
Jane Sourza
Article
Alice Tissot
Alice Tissot

Lieux touristiques récemment ajoutés

Abbaye de Maubuisson

Abbaye de Maubuisson

⌖ Saint-Ouen-l'Aumône

Abbaye de Royaumont

Abbaye de Royaumont

⌖ Asnières-sur-Oise

Chateau d'Auvers-sur-Oise

Chateau d'Auvers-sur-Oise

⌖ Auvers-sur-Oise

La Roche-Guyon : le château

La Roche-Guyon : le château

⌖ La Roche-Guyon

Rechercher des films

Accès alphabétique Recherche avancée par critères Recherche thématique Recherche par lieux de tournages
Gestion des cookies

Certains contenus de notre site sont hébergés par des tiers, qui sont susceptibles de déposer des cookies sur votre navigateur Internet. Vous êtes libre d'accepter ou de refuser l'affichage de ces contenus. Vous pouvez changer d’avis à tout moment et modifier vos choix depuis le lien gestion des cookies situé en bas de page du site.

J'accepte

Je refuse

Afficher les utilisations prévues

Site externe : YouTube - préférences globales

Autoriser en permanence la lecture des vidéos YouTube : oui non

Consulter les conditions d'utilisation de YouTube

Cookies techniques

valdoise.terredecinema.fr ne dépose aucun cookie en dehors de cookies techniques (incluant ceux destinés à enregistrer les préférences du visiteur concernant l'activation des services externes).

Confidentialité

Les statistiques de fréquentation sont établies à l'aide du logiciel de suivi Matomo, sans dépôt de cookie ; les données récoltées sont anonymisées.

Enregistrer et fermer
Retourner en haut de la page