×

Recherche

Gérard Blain, l'écorché vif de la Nouvelle Vague

Gérard Blain, l'écorché vif de la Nouvelle Vague
© Tous droits réservés
Ainsi soit-il !
Article publié le mardi 28 avril 2020 à 08h30
Gérard Blain est mort le 17 décembre 2000 à l'âge de 70 ans. En mars de l'année précédente, lors de la sortie sur les écrans français de son dernier film, Ainsi soit-il, il s'acharnait à répéter qu'il allait "bientôt crever".
Ainsi soit-il ! Titre testamentaire, même s'il s'en défendait, legs d'un cinéaste au crépuscule de sa vie d'artiste à ses cinq fils et à leurs mères. Dans ce film, son aîné, Paul, y joue le rôle d'un fils qui venge son père, employé d'une entreprise de travaux publics, retrouvé assassiné. Vengeance pour un père que lui, Gérard, n'aura jamais connu.
En 1955, Julien Duvivier le découvre dans un bistrot près des Champs-Elysées et lui confie, avec l'aval de Gabin et contre l'avis de la production, un premier rôle dans Voici le temps des assassins. C'est déjà un écorché vif, un jeune adolescent tourmenté, indépendant et rebelle.
François Truffaut (Les Mistons) et Claude Chabrol (Le Beau Serge) lui offrent ses premiers personnages marquants.

« Gérard draguait les filles partout dans les rues, dans les cafés, même au téléphone, écrivait son ami Jean-Claude Brialy. Il lui arrivait d'ouvrir l'annuaire et de poser au hasard son doigt sur une page. S'il tombait sur un prénom féminin, il appelait et disait : "Allô Sabine, c'est Gérard Blain, est-ce que vous voulez venir prendre un verre avec moi ?" Le plus incroyable, c'est que neuf fois sur dix, ça marchait ! »

En 1958, Claude Chabrol l'emploie de nouveau pour Les Cousins, encore avec son pote Brialy. Le réalisateur tourne deux fins différentes, l'une gaie, l'autre triste. Gérard et Jean-Claude préfèrent la seconde.

« Nous la trouvions belle, romantique, audacieuse, justifiait Brialy. Un coup de feu meurtrier qui partait sur du Wagner, c'était beau comme un opéra ! Trop pour le producteur, qui aimait mieux nous voir courir, réconciliés dans les champs de blé d'Auvers-sur-Oise ! Nous tournâmes cette fin optimiste, que nous jugions un peu bébête mais que Chabrol aimait bien. Puis Blain et moi menâmes une véritable guerre des nerfs à Chabrol pour qu'il accède à notre vœu. Il ne le regretta pas, cette fin étant la grande scène du film, celle dont on me parle encore aujourd'hui, fin ambiguë qui suscite toutes les interprétations possibles. »

Un peu plus tard, Gérard Blain préfèrera se détourner de cette génération appelée par Françoise Giroud, la Nouvelle Vague. Il se rapproche de l'Italie pour y interpréter plus d'une quinzaine de rôles et revient régulièrement à Auvers-sur-Oise pour rendre visite à son ami Charles Matton, peintre et cinéaste. A Auvers, l'acteur se promène dans les champs de blé avec sa troisième épouse, Monique Sobiewsky et fréquente aussi l'auberge Van Gogh, chez Roger et Micheline Tagliana :

« Il avait une petite guenon qui était folle amoureuse de ma mère », se souvient leur fille Régine. « Après les spectacles, il venait dîner à l'auberge avec tous ses amis et, lorsque ma mère sortait de la cuisine, la guenon traversait toute la salle et se jetait dans ses bras. »
Gérard Blain, l'écorché vif de la Nouvelle Vague
© Tous droits réservés

Personnalités

Films

Lieux

Tourisme en lien avec cet article

Musée de l'absinthe

Musée de l'absinthe

⌖ Auvers-sur-Oise

Musée Daubigny

Musée Daubigny

⌖ Auvers-sur-Oise

Château d'Auvers-sur-Oise

Château d'Auvers-sur-Oise

⌖ Auvers-sur-Oise

Gestion des cookies

Certains contenus de notre site sont hébergés par des tiers, qui sont susceptibles de déposer des cookies sur votre navigateur Internet. Vous êtes libre d'accepter ou de refuser l'affichage de ces contenus. Vous pouvez changer d’avis à tout moment et modifier vos choix depuis le lien gestion des cookies situé en bas de page du site.

J'accepte

Je refuse

Afficher les utilisations prévues

Site externe : YouTube - préférences globales

Autoriser en permanence la lecture des vidéos YouTube : oui non

Consulter les conditions d'utilisation de YouTube

Cookies techniques

valdoise.terredecinema.fr ne dépose aucun cookie en dehors de cookies techniques (incluant ceux destinés à enregistrer les préférences du visiteur concernant l'activation des services externes).

Confidentialité

Les statistiques de fréquentation sont établies à l'aide du logiciel de suivi Matomo, sans dépôt de cookie ; les données récoltées sont anonymisées.

Enregistrer et fermer
Retourner en haut de la page