×

Recherche

Chiens perdus sans collier 1955

Fiche du film Chiens perdus sans collier (1955)
© Tous droits réservés
Alain (Jimmy Urbain), jeune orphelin, a été placé chez des fermiers qui le maltraitent. Il s'enfuit après avoir mis accidentellement le feu à la grange. Il est retrouvé, et comparaît devant le juge pour enfants, Julien Lamy (Jean Gabin), qui, sous des dehors bourrus, est un homme bon et compréhensif. Il décide de le placer dans un centre d'observation.
  • Adapté du roman éponyme de Gilbert Cesbron.

Le tournage

Périodes

  • fin avril 1955

Lieux

  • Beaumont-sur-Oise
    • Quai Edith Cavell

Vidéo

Ce contenu est hébergé par un tiers (www.youtube.com). En l'autorisant, vous acceptez les conditions d'utilisation de www.youtube.com

Autoriser les contenus YouTube sur cette page

se souvenir de mon choix *

* Votre choix sera sauvegardé sous la forme d'un cookie par notre site jusqu'à fermeture de votre navigateur Internet.

Anecdotes de tournage

En ce joli matin du mois de mai 1955, plusieurs milliers de personnes sont rassemblées sur le pont qui relie Persan à Beaumont ainsi que sur les deux rives de l'Oise. Des sauveteurs en barque se tiennent prêts en cas d'accident. A quatorze mètres au-dessus de l'eau, le funambule Fabien Traber et son jeune frère s'apprêtent à traverser la rivière sur un fil long de cent-vingt mètres. Ils sont les doublures de Robert Dalban et Jacques Moulières pour la réalisation d'une séquence qui les voit jouer les funambules au-dessus de l'Oise.

Pour le film, le fil-de-fériste doit faire semblant de perdre l'équilibre à plusieurs reprises, le jeune garçon assis à califourchon sur ses épaules. Cet exploit nécessite quatre jours de tournage et plus de cent-cinquante figurants – dont de nombreux Beaumontois –, censés jouer des spectateurs assistant à cette traversée peu banale, depuis une fête foraine se déroulant sur le quai Edith-Cavell. Jean Gabin regarde la scène, enfoncé dans son fauteuil de toile, insensible à la foule qui va et vient autour de lui, un béret basque enfoncé jusqu'aux oreilles.

« Tiens, je me rappelle en 14, j'ai vu sauter ce pont-là, c'était pas beau, raconte-t-il à un journaliste. J'habitais Mériel à cette époque. Ma sœur y est toujours. J'y retourne de temps en temps. Dis donc, l'équipe de football existe-t-elle toujours ?
- Bien sûr, répond le chroniqueur.
- J'avais un pote, Saint-Paul, je me demande ce qu'il est devenu. Il doit y avoir beaucoup de personnes à Méry et à Mériel qui se souviennent de moi. Je suis arrivé à l'âge de quinze jours en 1904. Mon instituteur à Mériel, c'était le père Duvernois. Son petit-fils doit bien habiter dans le coin...
Puis, après la communale, j'ai travaillé à Persan et à Montataire, dans des usines. »

Le visage tendu, chacun des membres de l'assistance retient son souffle. Le producteur est doublement angoissé. Cette acrobatie, qui durera cinq minutes à l'écran, coûte à elle seule 2,5 millions de francs et il est préférable de ne pas la recommencer. Trois caméras sont utilisées pour prendre des plans variés. Or, au milieu des prises de vue, deux appareils s'arrêtent subitement de fonctionner, nécessitant de refaire la très chère scène. Les acrobates doivent traverser l'Oise une deuxième fois, sans la moindre anicroche cette fois.
Béret sur la tête, assis sur sa chaise de comédien, Gabin assiste à l'exploit sans broncher. Puis, la traversée mise en boîte, il félicite les deux équilibristes à leur descente du mât et les invite à partager son déjeuner. Mais, obligé de suivre un régime très sévère pour incarner un svelte conducteur de camion dans son prochain film, il se contentera – à son grand désespoir – de les regarder manger. Un supplice !

Quelques mois après le tournage, le 8 février 1956, la Commission municipale de solidarité de Beaumont-sur-Oise organise une soirée de gala au profit des anciens. Le film est précédé d'un concert de l'orchestre Jazz club de Beaumont. Les résultats financiers de la séance permettront à la Municipalité et au Bureau d'aide sociale de distribuer cent kilos de charbon à plus d'une centaine de déshérités de la commune.
Le bref séjour à Beaumont a revêtu pour Gabin l'aspect d'un pèlerinage, un retour sur les lieux de la sa jeunesse.
Fiche du film Chiens perdus sans collier (1955)
© Tous droits réservés

Année de sortie

1955

Genres

Équipe

Réalisateurs, réalisatrices

Scénaristes

Compositeurs, compositrices

Acteurs, actrices

Lieux de tournage

Gestion des cookies

Certains contenus de notre site sont hébergés par des tiers, qui sont susceptibles de déposer des cookies sur votre navigateur Internet. Vous êtes libre d'accepter ou de refuser l'affichage de ces contenus. Vous pouvez changer d’avis à tout moment et modifier vos choix depuis le lien gestion des cookies situé en bas de page du site.

J'accepte

Je refuse

Afficher les utilisations prévues

Site externe : YouTube - préférences globales

Autoriser en permanence la lecture des vidéos YouTube : oui non

Consulter les conditions d'utilisation de YouTube

Cookies techniques

valdoise.terredecinema.fr ne dépose aucun cookie en dehors de cookies techniques (incluant ceux destinés à enregistrer les préférences du visiteur concernant l'activation des services externes).

Confidentialité

Les statistiques de fréquentation sont établies à l'aide du logiciel de suivi Matomo, sans dépôt de cookie ; les données récoltées sont anonymisées.

Enregistrer et fermer
Retourner en haut de la page