×

Recherche

Claude Brosset

Claude Brosset
© Sylvain Joubert et Claude Brosset / DR
Le gentleman d'Ermont
Article publié le samedi 30 mai 2020 à 19h35
Né le 24 décembre 1943 à Juvisy-sur-Orge (Essonne), Claude Brosset se destine très tôt au métier de comédien. Diplômé du Centre dramatique de la rue Blanche et du Conservatoire national d'art dramatique, où il fut l'élève de Fernand Ledoux, il obtient le 1er prix de comédie classique, le 1er prix de comédie moderne et le 2e prix de tragédie.

À 20 ans, il interprète son premier rôle dans le feuilleton Les Joyeuses commères de Windsor, de Lazare Igresis. Il va jouer ensuite dans plus d'une centaine de films pour le cinéma et la télévision, notamment dans les policiers de Jean-Paul Belmondo, dont il était l'ami : Le Corps de mon ennemi (Henri Verneuil, 1976), L'Alpagueur (Philippe Labro, 1976), tourné en grande partie à Beaumont-sur-Oise, Flic ou voyou (Georges Lautner, 1979), Le Marginal (Jacques Demy, 1983).

Claude Brosset est l'un des rares comédiens à avoir su mener de front une carrière ambitieuse au cinéma comme à la télé. Sur le petit écran, il participe à l'aventure des premières grandes sagas comme Les Rois maudits (Claude Barma, 1972), Graîne d'ortie (Yves Allégret, 1973), Sans famille (Jacques Ertaud, 1983), La Rivière espérance (Dosée Dayan, 1993). Surtout, avec son ami Sylvain Joubert, ancien Pontoisien qui nous a quittés avant lui, en 2000, ils triomphent dans Ardéchois coeur fidèle (Jean-Pierre Gallo, 1974) et Félicien Grevêche (Michel Wyn, 1986). Amis dans la vie, ils se vouent dans Ardéchois coeur fidèle une haine réciproque intense.

S'il excelle dans les rôles dramatiques, le Valdoisien s'essaie néanmoins aux comédies avec beaucoup de plaisir. Inoubliable dans La Carapate (Gérard Oury, 1978), Les Ripoux (Claude Zidi, 1984), il joue à contre-emploi, aux côtés de Jean Yanne, dans Je te tiens, tu me tiens par la barbichette (Jean Yanne, 1979), Cayenne palace (Alain Maline, 1987)) et Le Radeau de la méduse (lradj Azimi, 1994).

Souhaitant s'échapper du tumulte de la vie parisienne, tout en restant proche de la capitale, Claude s'était installé à Ermont, dans le quartier des Callais, une zone pavillonnaire. Visage incontournable du cinéma français, il avait ce que l'on appelle dans le métier : une "tronche".

« Je fais partie du paysage des gens », disait-il.

Et, c'est vrai qu'on ne pouvait manquer ses apparitions. Il mesurait 1,83 m et pesait 115 kilos. Claude Brosset a su séduire la nouvelle vague de cinéastes, en tournant notamment avec Didier Bourdon et Bernard Campan - les anciens Inconnus — dans Les Rois mages (2003), ou avec Jean Dujardin, dans le désormais culte OSS 117 : Le Caire nid d'espions (Michel Hazanavicius, 2006). Son dernier personnage, c'était un rôle de ministre, dans la suite de Gomes V5 Tavares (Gildes Paquet-Brenner et Cyril Sellas), sortie dans les salles le 13 juin 2007. Cet Orson Welles à la française était aussi un grand acteur de théâtre. Il avait notamment joué "Falstaff" au festival d'Angers.

Claude Brosset nous a quittés dans la soirée du lundi 25 juin 2007, à Pontoise, où il était hospitalisé.

Vidéo

Ce contenu est hébergé par un tiers (www.youtube.com). En l'autorisant, vous acceptez les conditions d'utilisation de www.youtube.com

Autoriser les contenus YouTube sur cette page

se souvenir de mon choix *

* Votre choix sera sauvegardé sous la forme d'un cookie par notre site jusqu'à fermeture de votre navigateur Internet.

Gestion des cookies

Certains contenus de notre site sont hébergés par des tiers, qui sont susceptibles de déposer des cookies sur votre navigateur Internet. Vous êtes libre d'accepter ou de refuser l'affichage de ces contenus. Vous pouvez changer d’avis à tout moment et modifier vos choix depuis le lien gestion des cookies situé en bas de page du site.

J'accepte

Je refuse

Afficher les utilisations prévues

Site externe : YouTube - préférences globales

Autoriser en permanence la lecture des vidéos YouTube : oui non

Consulter les conditions d'utilisation de YouTube

Cookies techniques

valdoise.terredecinema.fr ne dépose aucun cookie en dehors de cookies techniques (incluant ceux destinés à enregistrer les préférences du visiteur concernant l'activation des services externes).

Confidentialité

Les statistiques de fréquentation sont établies à l'aide du logiciel de suivi Matomo, sans dépôt de cookie ; les données récoltées sont anonymisées.

Enregistrer et fermer
Retourner en haut de la page