×

Recherche

Alexandre Jardin transparent

© Tous droits réservés

Alexandre Jardin

Sur les pas de Jacques Santi
Article publié le samedi 23 mai 2020 à 11h17
Il y a quelques années, l'écrivain et réalisateur Alexandre Jardin s'était installé à Nucourt. Né en 1965 à Neuilly-sur-Seine, il a obtenu le Prix du Premier roman en 1986, avec Bille en Tête. Deux ans plus tard, il se marie et publie Le Zèbre, qui reçoit le Prix Femina, et est porté à l'écran par Jean Poiret.

Son premier film, il le réalise d'après son troisième livre, Fanfan. Il dirige alors Vincent Pérez et Sophie Marceau. Il pose d'ailleurs sa caméra à Nucourt pour quelques scènes :

« J'ai tourné des passages de voitures. C'était à côté de chez moi et il y avait des axes qui m'intéressaient. Mais ces plans n'ont pas été montés. Ils existent bien, mais n'ont pas été utilisés. »

Contrairement à certaines rumeurs, ce n'est pas lors de ce tournage qu'il a découvert Nucourt :

« Je connais le Vexin par un mort », continue Alexandre. « Un des hommes qui m'a élevé est enterré à Grisy-les-Plâtres. Cet homme, c'est Jacques Santi. J'habitais aussi dans le nord de Paris et je cherchais une maison quand j'ai eu mes enfants. Je suis allé sur la tombe de Jacques, c'était ma seule attache avec le Val-d'Oise. C'est en allant me recueillir sur la tombe de quelqu'un de j'aime que j'ai donc découvert ma maison. En sortant du cimetière, il y avait une agence immobilière sur la place du village, j'ai regardé la vitrine. J'ai vu qu'il y avait une maison à vendre à Nucourt. Je suis allé la voir et je l'ai achetée. C'est étrange de débarquer dans une région pour seul motif de se rapprocher d'une tombe. »

Alexandre Jardin est longtemps attaché au Vexin et y emmenait souvent ses enfants, le mercredi après midi ou le week-end. C'est là qu'il a écrit le scénario de ce qui allait devenir son second film, Oui, avec Pierre Palmade et Jean-Marie Bigard. Le jeune cinéaste aime cette région et les gens qui y résident :

« J'ai rencontré pas mal de gens ici qui ont une vraie colonne vertébrale. Si je suis venu ici en suivant un mort, j'y suis resté à cause des vivants. »

Vidéo

Ce contenu est hébergé par un tiers (www.youtube.com). En l'autorisant, vous acceptez les conditions d'utilisation de www.youtube.com

Autoriser les contenus YouTube sur cette page

se souvenir de mon choix *

* Votre choix sera sauvegardé sous la forme d'un cookie par notre site jusqu'à fermeture de votre navigateur Internet.

Tourisme en lien avec cet article

Gestion des cookies

Certains contenus de notre site sont hébergés par des tiers, qui sont susceptibles de déposer des cookies sur votre navigateur Internet. Vous êtes libre d'accepter ou de refuser l'affichage de ces contenus. Vous pouvez changer d’avis à tout moment et modifier vos choix depuis le lien gestion des cookies situé en bas de page du site.

J'accepte

Je refuse

Afficher les utilisations prévues

Site externe : YouTube - préférences globales

Autoriser en permanence la lecture des vidéos YouTube : oui non

Consulter les conditions d'utilisation de YouTube

Cookies techniques

valdoise.terredecinema.fr ne dépose aucun cookie en dehors de cookies techniques (incluant ceux destinés à enregistrer les préférences du visiteur concernant l'activation des services externes).

Confidentialité

Les statistiques de fréquentation sont établies à l'aide du logiciel de suivi Matomo, sans dépôt de cookie ; les données récoltées sont anonymisées.

Enregistrer et fermer
Retourner en haut de la page